Livres

Vies de chien, Laura Trompette

Tom a le ronflement facile, les intestins capricieux et déteste les chats. Quoi de plus banal pour un bouledogue français ? Mais, coincé dans son box à la SPA, il prend conscience qu’il y a pire dans la vie.
Maël, sans soutien parental, erre dans le système de l’aide sociale à l’enfance depuis son plus jeune âge. L’adolescent a fait de la guitare son exutoire et n’a qu’une quête : trouver une famille d’accueil.
Les chemins accidentés de Tom et Maël vont se croiser dans la maison d’Alicia, Jacques et, leur fils, Pierre. Cinq personnalités et un défi : cohabiter.

J’ai vu passer ce livre sur Bookstagram, et sans même lire le résumé, je l’ai ajouté à ma wishlist, surtout en apprenant que l’auteure donnait une partie de ses droits à la SPA. Ayant été bénévole dans un refuge animalier, je sais combien les dons sont importants, alors qu’une auteure face ce geste si généreux, j’ai été touchée (et la personne a forcément un grand coeur et l’histoire allait forcément me plaire). Je l’ai cherché partout, mais introuvable. Après avoir envoyé un petit message à Laura Trompette pour lui dire que j’étais triste de ne pas le trouver, elle m’a expliqué avoir eu un problème de distribution avec ce roman. J’ai appris par la suite que J’ai lu, allait le publier et la sortie serait en Mars. J’ai donc patiemment attendue. Mais voilà que le confinement est arrivé et m’a empêché d’aller me le procurer. Sitôt le déconfinement et la réouverture des librairies annoncés, j’ai couru me l’acheter.

J’avais par la suite, prévu de le lire, un peu plus tard dans l’été, mais voilà que Laura Trompette a annoncé sur son compte Instagram, qu’elle rencontrait un souci : son roman resterait dans les entrepôts, à moins que les libraires le réclament. Ce que je trouve injuste. Alors, pour l’aider et apporter ma pierre à l’édifice, je l’ai sorti de ma PAL, pour ensuite pouvoir lui faire une certaine visibilité (à ma petite échelle).

J’ai commencé et je n’ai pas pu le lâcher avant de l’avoir terminé. Je ne m’attendais pas à une histoire de la sorte. On partage la vie de toute une famille. Mais avant, c’est la vie au refuge, que nous vivons, à travers les yeux de Tom, ce bouledogue français si attachant. La réalité des refuges est bien dépeinte. Je me suis retrouvée, dans celui où j’allais promené les chiens, tous les jours. Un endroit loin de la tranquillité, où certains deviennent fous, à rester des années enfermés dans des boxes. Comme Mia, je voulais tous les adopter, pour que chacun est un bel avenir. Mais ce n’est pas possible. Parfois, je rentrais chez moi, en pleurant, coupable de retrouver un toit, chauffé, tandis qu’eux, dormait dans un box en béton froid, à moitié couvert, en plein mois de février, par des températures pouvant atteindre les négatifs. Je pleurais à cause de la cruauté humaine. Et Laura Trompette a réussi à transmettre à travers ses mots, ce qu’un bénévole peut ressentir. La joie, la peine, la colère, la tristesse.

On suit la famille Lion, tout au long de ce roman. Une fois l’adoption de Tom, les chapitres ne se concentrent que sur elle. Chaque membre a son chapitre, nous permettant ainsi de suivre leurs histoires personnelles. Et les thèmes abordés sont multiples : adoption animalière, famille d’accueil, premiers amours, sexualité, déménagement, Alzheimer, perte d’un emploi… Souvent, quand un auteur aborde autant de thèmes je me dis que c’est un peu trop, mais là, non. On frôle le coup de coeur. Je ne sais pas ce qui a manqué au récit pour atteindre ce palier, parce que je ne lui trouve aucun défaut.

Les personnages sont tous aussi attachants les uns que les autres, avec deux ou trois que j’ai détesté. Petit plus pour Tom (donner la parole à un chien, j’adore) qui est vraiment adorable. On n’oublie jamais qu’il est un animal, c’est assez drôle, de voir le monde de son point de vue.

La majorité du livre, nous suivons la vie de Maël et Pierre. Je crois bien que c’est la première fois que je lis un roman, où des ados sont les personnages principaux mais qui ne fasse pas lecture jeunesse. J’ai adoré ça.

C’était vraiment une excellente lecture. Et si j’ai réussi à vous donner envie, notez bien qu’en achetant ce roman vous faites une bonne action pour la SPA, et surtout l’auteure à besoin de nous, pour que ce roman puisse continuer à vivre et non à rester dormir dans un entrepôt. Parlez-en autour de vous, demandez à vos libraires de le commander, aux personnes susceptibles d’aimer l’histoire, de l’acheter, continuer d’en parler.

Un commentaire sur “Vies de chien, Laura Trompette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s