Livres

Valeria : Tome 1 – Dans les pas de Valeria, Elisabet Benavent

Quand Bridget Jones s’invite dans Sex and the City
 Valeria aime les belles histoires d’amour.
  ♥
Valeria est romancière.
  ♥
  Valeria a trois amies  :
Lola, Carmen et Nera
  ♥
Valeria et ses amies partagent tout.
  ♥
  Valeria est mariée à Adrian,
Mais elle rencontre Victor…

  Valeria aime la sincérité.

  Valeria est unique.

  Comme toi  !

Complices et inséparables, Valeria et ses amies se racontent tout. Vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur…Valeria commence à s’ennuyer dans les bras d’Adrian.
Lola s’éclate avec ses amants, qu’elle collectionne.
Carmen et son collègue de bureau se tournent autour.
Nerea, elle, vient enfin de rencontrer quelqu’un !
Valeria, c’est drôle, c’est vif. Ça pétille et ça passe aussi vite qu’une soirée entre filles.

Editions L’Archipel
400 Pages
Sorti le 18 Septembre 2019
17€

***

J’avoue que je ne me serai peut-être pas arrêtée sur ce livre de moi-même. Peut-être une fois que l’adaptation de Netflix serait sortie, si jamais j’avais eu envie de la regarder.

Le fait est que les éditions l’Archipel m’ont offert l’opportunité de le lire.

Alors sitôt reçu, sitôt commencé. Et il m’aura fallut seulement deux jours (deux jours où le travail et mon bénévolat au sein de mon club de basket ont occupé pas mal de mon temps) pour finir ce roman.

Ce qui m’a convaincu de le lire immédiatement ce sont deux phrases du résumé. « Valéria est unique. Comme toi ! » Et non les comparaisons avec Sex and the City (série que je n’aime pas du tout).

Je n’ai eu aucun mal à me plonger dans l’histoire. Première page et j’étais captivée. Peut-être un peu surprise de voir, par la suite, que le narrateur est le personnage principal, et qu’il rapporte des faits dont il n’a pas été témoin. Seulement, à la fin, j’ai mieux compris ce choix, et au final ça ne m’a pas dérangé du tout.

Les quatre personnages principaux sont hauts en couleurs, et ça fait du bien. Même si parfois je me suis dit : quand même c’est un peu trop, pour que ce genre de personnes existent ! Mais je pense que c’est parce que j’habite à la campagne, et qu’on doit plus voir ce style de personnalité dans les grandes villes.
Je vous annonce tout de suite que j’ai eu un véritable coup de coeur pour Adrian, le mari de Valeria. Voilà, c’est dit, je peux ainsi passer à la suite (parce que je pense que cette information est capitale pour comprendre ce que je vais vous dire par la suite).
Valeria. Femme mariée, qui a lâché son boulot à la suite du succès de son premier roman afin de se concentrer uniquement sur son écriture. Elle est atteinte du syndrome de la page blanche, dans ce premier tome. Un soir, Lola la pousse à sortir avec elle et rencontrer des amis. C’est à ce moment que Victor apparaît et que va commencer ce jeu de flirt entre les deux. Un flirt qui ne m’a pas plu du tout. Je n’ai aucun problème avec les triangles amoureux dans les fictions. Sauf que là, Valeria joue clairement avec les sentiments de Victor, et reproche des tas de choses à Adrian alors qu’elle-même n’est pas claire du tout ! Et plusieurs fois j’ai eu envie de lui dire « MAIS ARRETE DE JOUER LA VICTIME ALORS QUE C’EST TOI LA PIRE DANS L’HISTOIRE !!!« , à part ça, je n’ai rien contre Valeria.
Lola. Un peu trop nympho à mon goût, cependant, elle rajoute un peu de peps dans l’histoire et malgré ça, on ne peut que s’attacher à elle.
Nerea. C’est sans doute le personnage en qui je me suis le plus reconnu. Elle peut paraître ennuyeuse, au premier abord, mais elle apporte énormément au groupe des quatre filles.
Carmen. Alors elle, c’est le mélange des trois autres. Et celle dont j’ai le plus adoré suivre les mésaventures.

Derrière cette histoire, j’y ai vu pas mal de messages subliminaux et féministes. Valeria, c’est l’histoire de quatre nanas qui assument pleinement leur sexualité, des femmes libérées et à l’aise avec ce qu’elles font. Nous sommes dans une époque où tout le monde juge une femme pour ce qu’elle fait au lit (ou ailleurs), par contre, un homme qui ferait la même chose, c’est normal. Eh bien, une femme a le droit de faire ce qu’elle veut à partir du moment où elle est en plein accord avec ses actes. Oui, une femme à le droit de coucher avec plein d’hommes sans pour autant s’entendre traiter de pute ou de salope. Oui, une femme a le droit de parler librement de sexe, de ce qu’elle aime ou n’aime pas, sans qu’on la juge. Et je pense que c’est pour ces messages, que tous ces passages sexuels (actes ou paroles) ne m’ont pas dérangés.

Et maintenant, je n’ai plus qu’à vous dire d’aller lire ce livre si ce n’est pas déjà fait, et moi, je vais devoir attendre un peu que ma PAL se vide, pour me procurer le tome 2 (qui est sorti le 16 Octobre en France).

Je remercie Mylène et les éditions l’Archipel pour l’envoi de ce livre et la confiance qu’ils m’ont accordé.

2 commentaires sur “Valeria : Tome 1 – Dans les pas de Valeria, Elisabet Benavent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s