Films

Calendrier de l’Avent 2018 – Jour 2

Aujourd’hui, c’est WhatJuneReads qui nous parle d’un film qui pour elle, signifie Noël.

Quand on me demande quel est le film qui incarne le mieux Noël selon moi, je pense
immédiatement à « Love Actually ». Je ne pense pas être la seule à le considérer comme un
incontournable à visionner tous les ans.
Aujourd’hui on m’a confié la tâche de vous expliquer les raisons qui font de « Love
Actually » le film mythique des fêtes de fin d’année.
Déjà la première chose que j’aime tant à propos de ce film est son casting prestigieux :
beaucoup d’acteurs et d’actrices que j’affectionne tout particulièrement y sont présents. Pour
n’en citer que quelques-uns : Alan Rickman (un Professeur Rogue plus que méconnaissable),
Emma Thompson (cette bonne vieille Professeure Trelawney), Colin Firth (le Mr Darcy de
Bridget Jones), Hugh Grant (même Julia Roberts n’a pu résister à son charme britannique),
Liam Neeson (avant que sa fille ne soit « Taken ») et sans oublier l’hilarant Rowan Atkinson
(inoubliable Mr Bean).
Bien sûr le casting est beaucoup plus imposant que cela, on a une pléiade de
personnages hauts en couleurs, tous plus attachants les uns que les autres. Chacun pourra y
trouver son compte et s’identifier à son petit favori.
L’intelligence du scénario de « Love Actually » réside dans l’imbrication de chaque petite
histoire entre elles. Chaque personnage est relié d’une certaine façon aux autres par un
habile jeu de relations (familiales, amicales, professionnelles ou encore sentimentales). Petit
à petit ces connexions nous sont dévoilées et il est intéressant de voir les différents
protagonistes interagir ensemble.
Il n’y a pas de personnage supérieur à un autre, tous, à leur échelle, apportent leur
pierre à l’édifice monstrueux qu’est « Love Actually ».
On y retrouve diverses classes sociales et des situations universelles : du jeune adulte en
quête d’aventures outre-Atlantique au Premier Ministre Britannique surmené, en passant par
une femme au foyer trompée ou même les premiers émois d’un petit garçon.
« Love Actually » sait manier les sujets parfois douloureux (la perte d’un proche, la
maladie mentale d’un autre ou bien un mariage qui s’essouffle) tout en les ponctuant de
scènes cocasses et hilarantes.
La magie de ce film, c’est que l’on peut passer du rire aux larmes en une fraction de
seconde.
Les scènes cultes sont nombreuses : on a par exemple la petite danse de Hugh Grant sur
le titre des Pointer Sisters « Jump (for my love) », l’emballage de cadeau à la Rowan
Atkinson, la déclaration d’amour d’Andrew Lincoln à Keira Knightley (j’attends toujours qu’on
vienne sonner à ma porte avec ces pancartes) ou encore la reprise du titre « Love is all
around » par Bill Nighy.
Petite transition d’ailleurs sur la bande originale du film : très éclectique, tantôt
énergique, tantôt douce. On y retrouve des titres de Dido, Maroon 5, Joni Mitchell, Norah
Jones sans oublier l’incontournable « All I Want for Christmas » de Mariah Carey.
Bon je parle, je parle, mais je ne vous ai toujours pas expliqué pourquoi « Love
Actually » représente Noël pour moi.
Déjà – et ça n’est pas compliqué – le film se déroule pendant la période de Noël, comme
un calendrier de l’Avent, on a un décompte où l’on peut suivre les protagonistes dans leurs
derniers préparatifs avant que l’année ne s’achève. Forcément quand on voit la neige et les
décorations de Noël, ça aide pour se mettre dans l’ambiance.

Ensuite, les thématiques que le film aborde sont propices à cette période des fêtes. Le
thème de l’amour est certes universel et se célèbre toute l’année, mais je ressens toujours
un élan d’amour supplémentaire à l’approche de Noël, comme si, avec la baisse des
températures, on voulait compenser en réchauffant nos cœurs. Noël est aussi une occasion
de dire à nos proches que l’on tient à eux, que ce soit avec des mots ou par le biais de
cadeaux. Retrouver ses proches (surtout quand parfois le reste de l’année ils sont loin ou
peu disponibles), les gâter, se créer de nouveaux souvenirs. La magie de Noël nous
rassemble.
Elle nous permet aussi d’être plus charitable et plus concilient, se tourner vers un ami
perdu de vue ou faire table rase de rancœurs qui peuvent subsister.
Malheureusement parfois les fêtes de fin d’année peuvent s’avérer douloureuses, en
particulier après la perte d’un proche. Noël nous rappelle à l’absence de cette personne et
accentue même le vide qu’elle a créé. Et c’est d’autant plus difficile quand il s’agit d’un
parent ou d’un conjoint avec qui on se voyait partager d’innombrables matins de Noël. C’est
pour cette raison que j’ai une affection toute particulière pour le personnage de Liam
Neeson, qui traverse une période extrêmement difficile et qui pourtant, en être altruiste, se
dévoue au bien-être de son fils et passe les besoins de ce dernier avant son propre chagrin.
« Love Actually » me donne aussi du baume au cœur et je ne peux m’empêcher chaque
fois d’achever mon visionnage le sourire aux lèvres et le moral gonflé à bloc. Et pour être
totalement transparente avec vous, la scène finale où toutes ces personnes se retrouvent à
l’aéroport me tire une larme à chaque coup.
« Love Actually » c’est l’amour, la tolérance, les joies et les peines, les retrouvailles, les
éclats de rire, les repas de famille, de l’espoir pour la nouvelle année et une bonne dose
d’humour. « Love Actually » c’est un concentré de Noël en seulement 2H15.
« Love Actually » c’est aussi un film devenu culte, d’ailleurs pouvez-vous le croire mais il
fête déjà ses 15 ans cette année ! Il n’a pas pris une ride et à mon humble avis restera
intemporel tant il touche tant de monde.
J’espère avoir rendu justice à ce merveilleux film. Ça n’est pas tâche aisée tant je l’aime,
il est difficile de retranscrire toutes les émotions qu’il peut me procurer, j’ai fait du mieux que
j’ai pu. Je doute que quiconque ne le connaisse pas mais si toutefois vous passez par là et
ne savez absolument pas de quoi je parle, quittez tout et foncez le regarder !
All you need is love. And Love Actually.

[By Julia from WhatJuneReads]

Eh bien, tout est dit. Je ne sais même pas quoi rajouter, tant Julia a tout dit. J’aime regarder ce film chaque année, à Noël, parce qu’il reflète exactement cet esprit magique, cet esprit festif, que seules les fêtes de fin d’année arrivent à me procurer.

C’est aussi un film qui regroupe plusieurs histoires, et c’est le premier film que j’ai vu avec ce principe, et il m’a fait totalement adoré ce concept. Chaque histoire me fait penser à un conte. Ce film est comme un recueil de contes de Noël.

L’amour. Charnel, familial, amical… tout n’est qu’histoire d’amour. Un amour sous toutes ses formes, et pour la sentimentale que je suis, c’est super appréciable.

Et tout comme Julia, je conseille aux rares personnes ne l’ayant pas encore vu, d’aller le visionner rapidement ! Ce film ne perd pas une ride.

Merci Julia, pour avoir partagé avec nous ce qui, pour toi, représente Noël, dans la culture.

Publicités

Un commentaire sur “Calendrier de l’Avent 2018 – Jour 2

  1. A reblogué ceci sur WhatJuneReadset a ajouté:
    J’ai eu le plaisir de participer au Calendrier de l’Avent de CupofChill!
    Retrouvez donc dès maintenant la chronique que j’ai rédigé pour le Jour 2. On y parle du film qui marque Noël pour moi : Love Actually:)!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s