Livres

A l’extrême de nous, Céline Musmeaux

« Et si le plus dangereux des défis était de ne pas tomber amoureux ? »

À dix-neuf ans, Alicia débarque sur le campus universitaire la tête remplie de rêves. 

Fan de sports extrêmes depuis l’enfance, la jeune femme repère tout de suite un groupe aimant les mêmes loisirs qu’elle.

Avec un beau sourire, Alicia va tenter de se faire une place parmi eux. 

Douée, elle devient immédiatement la mascotte de cette troupe d’hommes aux caractères hauts en couleur.

Mais tout cela se fait au grand désespoir de Lucas, le leader. Son pire cauchemar semble se réaliser, il se fait voler la vedette par une femme. 

Une sorte de compétition s’installe rapidement entre eux. Plus Alicia essaie qu’il l’apprécie, plus Lucas la déteste. 

Réussira-t-elle à atteindre le cœur de Lucas ?

a-l-extreme-de-nous-1094688

Le résumé de ce livre m’a intrigué autant qu’il m’a laissé sur la retenue. Les romances New Adult et moi, ce n’est pas trop ça. Mais j’aime tenter d’en lire, quand le résumé, a un petit quelque chose qui m’attire. Là, le fait de parler de sport extrême, ça m’a plu, parce que ça sort de l’ordinaire.

Malheureusement, je n’ai pas accroché, comme je le redoutais, à l’histoire.

Premièrement, j’ai trouvé le personnage d’Alicia absolument énervant. Je n’aime pas les gens qui s’imposent comme ça, se sentant totalement à l’aise pour se permettre de juger ou donner leur avis sur des choses concernant un groupe de personnes qui se connaissent depuis longtemps. Mais, j’ai bien aimé son personnage, lorsque les chapitres sont du point de vue de Lucas. Tout comme le personnage de Lucas est plus appréciable lorsqu’il est du point de vue d’Alicia, le fait de connaître ses pensées le rend moins attrayant.

Heureusement qu’Elias et Alban sont là. Ce sont les personnages qui m’ont le plus plu. Elias pour sa fougue, sa légèreté, son humour, tandis qu’Alban est la force tranquille de la bande, celui qui a la tête sur les épaules. Et j’aurai adoré lire des histoires les mettant au premier plan.

L’histoire en elle-même, n’a rien d’originale, tout est prévisible. Cela ne me dérange en rien, de lire, de temps en temps, ce genre d’histoires. C’est agréable, ça me permet de me vider la tête et ne pas trop cogiter. Seulement, ce qui m’a dérangé ici, c’est le « Je t’aime moi non plus ». Les protagonistes s’aiment, puis l’un décide que ce n’est pas possible entre eux, puis ils se réconcilient, se remettent ensemble, pour se déchirer, se réconcilier, s’aimer à nouveau… et je ne suis pas fan de ça. D’ailleurs, j’ai fini par trouver l’histoire trop longue à cause de ces éternels recommencements, du coup je n’ai pas été jusqu’au bout. Je me suis arrêtée à la moitié du roman.

Malgré tous ces points négatifs, pour ma part, j’ai trouvé la plume de Céline Musmeaux, assez addictive. Une plume que je découvrais pour la première fois.

Merci à NetGalley et les éditions Nymphalis pour m’avoir permis de lire ce livre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s